Savoir-faire

L’argentique c’est magique !

 

chambre argentique

Prenez la pose !

 

Photographes des temps anciens, Horace & Telma offrent la possibilité au public de se faire photographier  à l’aide d’une chambre photographique du XIXème siècle.

A l’ère du numérique et du « tout, tout de suite », Horace & Telma proposent une alternative originale, adaptée à la demande actuelle en utilisant des outils et des méthodes issus du monde photographique du XIXème siècle.

Contrairement à la photographie numérique, le cliché remis est unique.

 

Le procédé « mis en lumière »

Tout est réalisé à l’ancienne, de manière argentique.

En amont… Dans l’obscurité totale, Telma insère le papier photosensible dans le châssis. Le papier ne doit absolument pas voir la lumière et ce jusqu’à la prise de vue.

Invitation pour un voyage dans le temps… Le public est aimablement convié par Horace & Telma à s’apprêter pour l’occasion grâce aux divers costumes et accessoires mis à sa disposition. Miroir, mon beau miroir…

Prise de vue… Une fois que tout le monde est prêt, Horace déplace la chambre photographique à la bonne distance pour n’oublier personne sur la photographie. Il règle ensuite la netteté. Il mesure enfin l’intensité de la lumière afin d’ajuster correctement l’ouverture du diaphragme* de la chambre photographique. (*le diaphragme permet de doser la quantité de lumière qui arrive sur le papier photosensible). Réussir une photo en 1900, c’est toute une histoire !

On ne bouge plus!… Horace prend la photographie : il appuie sur le déclencheur qui ouvre et referme l’obturateur. Il s’agit de ne surtout pas bouger pendant ce laps de temps (environ une seconde), pour ne pas apparaître flou sur le cliché final et retrouver la prestance de nos aïeux !

Patience, ça développe… A l’abri de la lumière, dans une chambre noire portative, Telma sort le papier photosensible du châssis et le plonge dans différents bains pour développer la photographie. Elle immerge tout d’abord le papier dans un bain révélateur, ce qui permet, par un procédé chimique, de faire apparaître l’image sur le papier au bout de quelques minutes. Telma trempe ensuite le papier dans un bain fixateur afin de stopper la sensibilité du papier à la lumière.

Surprise!… Telma ouvre la chambre noire et tout le monde découvre la photographie !

La fin du voyage… C’est des étoiles plein les yeux et des souvenirs plein la tête que les personnes photographiées repartent avec leur cliché, qui, bien conservé, pourra traverser les décennies!